En tant que pur produit de l’école sénégalaise, je suis outrée par cette hypocrisie teintée de notre “massa” national sur la situation qui prévaut à l’Ecole Supérieure Polytechnique de Dakar actuellement.

Quand on évoque Harvard, Yale, Oxford ou Sorbonne, tout le monde plébiscite car leurs étudiants forment l’élite de leur pays. Tous les parents rêvent de voir leurs enfants y étudier un jour. Et les quelques Sénégalais qui ont les moyens, n’hésitent pas à envoyer leurs enfants dans ces institutions afin qu’ils fassent partie de cette « élite ».
Seulement, il suffit que l’institution soit sur notre territoire pour que l’existence d’une élite prenne une tournure quasi criminelle.

Pourquoi quand il s’agit d’une institution sénégalaise, qui reçoit de dignes fils Sénégalais qui ont travaillé dur pour y accéder par concours, le mot « élite » doit-il être banni ?
Pourquoi le qualificatif « prestigieuse » doit-il être tabou, si depuis plus de 50 ans, cette institution ne cesse de produire d’excellents résultats en termes de formation, de recherche, d’innovation et d’entrepreneuriat ?
Depuis quand dire « mon école est l’une des meilleures au Sénégal » est-il devenu un crime ?
Depuis quand dire « nous avons les meilleurs résultats scolaires dans le supérieur » est-ce dénigrer les autres étudiants ?
Quand la réalité est là et que tout le monde la voit, devons-nous nous taire pour ne pas frustrer les autres facultés ?
PENSONS-NOUS QUE LE SENEGAL NE MERITE PAS CE QUI SE FAIT DE MEILLEUR ?

Si vous avez les réponses à ces questions, merci de les partager avec nous car un chat s’appelle un chat pour nous, puisque la réalité est là.
Le jour où le concours, la sélection, le travail, la recherche, les initiatives entrepreneuriales, etc seront supprimés de l’ESP, alors là on pourrait remettre en cause leur mérite.
Pour le moment, l’heure est grave !
Ni le COUD, ni une quelconque autre institution n’a le droit d’annihiler ce qui a été laborieusement construit dans cette école.
Des étudiants ont attaqué le campus social de l’école, ont fait des blessés, et ont saccagé des biens de l’administration et des tiers.

Les polytechniciens ont le droit de réclamer des conditions socio-pédagogiques optimales pour espérer garder le cap de l’excellence. Ils le font depuis des jours dans la paix. La preuve, le samedi 02 février 2019 une marche a été organisée sans tambour ni trompette, et surtout SANS VIOLENCE.
Une plateforme (www.coudassassin.com) a été créée depuis le début pour informer juste et vrai.
Pourquoi donc on se tait sur la situation parce que soi-disant « les polytechniciens se croient les meilleurs à l’UCAD » ?
Et s’ils subissent encore une telle VIOLENCE et que MORT s’en suive (on ne le souhaite point), chacun s’empressera d’inonder la toile pour regretter des conséquences qu’on aurait pu éviter.

Certes, les conditions dans les facultés à l’UCAD sont extrêmement déplorables. Mais ce n’est pas pour autant que l’ESP doit accepter d’être dans les mêmes conditions.
Au contraire, on devrait tout faire pour améliorer les conditions socio-pédagogiques de TOUS LES ETUDIANTS au Sénégal.

CECI EST VALABLE POUR TOUTE INSTITUTION QUI SE VEUT EXCELLENTE (OU ESSAIE DE L’ÊTRE).
SAUF SI NOUS DECIDONS QUE LE SENEGAL NE MERITE PAS D’AVOIR UNE BONNE RELEVE.

AWA SY

Alumni Diplôme d’Études Supérieures en Commerce, Administration et Finance Promotion 2017 Ecole Supérieure Polytechnique de Dakar

VOS CONTRIBUTIONS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here