Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

UCAD – Faculté des lettres et sciences humaines : «Une minorité bloque les enseignements»

Tous les ans, c’est la même rengaine : Master pour tous. Des étudiants non sélectionnés, regroupés dans le Mouvement Master pour tous, usent de la grève et parfois de la violence pour réclamer leur sélection en Master 1. Depuis deux semaines, la Faculté des lettres est paralysée. Son doyen appelle au respect des règles établies et demande à l’autorité de prendre des mesures de sécurité pour assurer les enseignements.

Depuis 15 jours, il n’y a pas eu d’enseignement à la Faculté des lettres et sciences humaines. La Flsh est paralysée par le fait d’un groupe d’étudiants qui réclament leur sélection en Master 1. Tout est parti du Département des langues romanes, section Espagnole, où on a noté 323 étudiants titulaires de la L3. Parmi ces étudiants, 98 ont fait la Licence en 3 ans, 139 en 4 ans et 86 en 5 ans. A cela, il faut y ajouter que ce département dispose seulement de 5 enseignants habiletés à donner des cours en Master 1 et 2. Compte tenu de la capacité d’accueil du Département et du nombre réduit des enseignants, l’Assemblée de Département a «en toute responsabilité» décidé de prendre les 98 étudiants qui ont fait le cursus en trois ans. Ce qui n’est pas du goût du reste de la troupe qui réclame leur sélection en Master 1. «Depuis deux semaines, ils empêchent la tenue des cours et commencent à user de la violence», regrette le doyen de la Faculté qui souligne en passant que s’il n’y avait «eu ces perturbations, l’année universitaire allait finir en fin juillet puisque dans certains départements, les examens devaient commencer ce 8 mars», relate-t-il.
Pourtant, éclaire le doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines, dès le début, les règles du jeu étaient clairement établies et connues de toutes les parties. La Flsh concentre près de 30 mille étudiants, soit le tiers des effectifs de l’Université Cheikh Anta Diop. Le passage de la Licence 3 au Master 1 obéit à des critères. «Suivant le total des points obtenus dans la durée du cursus et la moyenne en L3, les étudiants sont classés par ordre de mérite», renseigne le Pr Sarr. En fonction de ce classement, chaque département sélectionne le nombre d’étudiants qu’il estime être en mesure d’encadrer «correctement». Aussi, fait remarquer Pierre Sarr, la Faculté est un ensemble de 13 Dépar­tements. Il ajoute que «des centaines d’étudiants sont dans même situation que ceux qui réclament le Master pour tous». Alors que faire ?
L’Assemblée de Faculté a pris sa position. Elle approuve et valide la liste des différents départements de la Faculté. Elle a également demandé à l’autorité de prendre les mesures pour assurer les enseignements. Le corps professoral dit comprendre le désarroi des étudiants concernés. Tout de même, il rappelle que l’Université fonctionne avec des règles que tout le monde devrait respecter.
La Faculté des lettres, avec ses 30 mille étudiants, fonctionne avec 252 enseignants et 45 personnels administratifs, techniques et de service.
ndieng@lequotidien.sn – Lequotidien

VOS CONTRIBUTIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.