Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

Sénégal : le retrait du Baccalauréat désormais possible en ligne

(CIO Mag) – L’Agence de l’informatique de l’Etat du Sénégal (ADIE) se montre décidément infatigable dans le vaste chantier de dématérialisation engagé par ses services. C’est dans ce cadre que le retrait du diplôme du Baccalauréat a été décidé de concert avec les autorités de l’enseignement supérieur. Et aujourd’hui, c’est chose faite, assure Cheikh Bakhoum, le directeur général d’après qui , « chaque Sénégalais peut faire sa demande en ligne en se connectant tout simplement sur la plateforme Teledac et, à partir de là, recevoir son diplôme dans un délai raisonnable ».

 

La nouvelle procédure, en raccourcissant les délais, permet de gagner du temps

 

Le successeur de Khassimou Wone à la tête de l’agence gouvernementale spécialisée dans les services informatiques explique qu’il « faut d’abord créer son compte au niveau de la plateforme, mais également faire le suivi de son dossier et, quand le diplôme sera prêt, l’agent de l’Office du Bac va vous l’indiquer ». L’avantage surtout, de son avis, c’est que « le citoyen ne fera plus des allers-retours pour savoir si oui ou non, le sésame peut être retiré », rassure Monsieur Bakhoum, formé à la prestigieuse Ecole supérieure d’informatique électronique et d’automatique de Paris, passé par le cabinet américain Accenture avant de rejoindre l’équipe présidentielle.

 

Le Point d’Echange Internet donne des résultats satisfaisants

 

Le directeur général de l’ADIE, invité de la radio privée RFM, a également donné des nouvelles du Point d’Echange Internet inauguré le 29 août 2017 à Dakar. « Il nous a permis de pouvoir nous interconnecter, d’échanger de l’information, sans qu’on ait besoin de passer par d’autres opérateurs au niveau international », se réjouit-il, non sans révéler qu’aujourd’hui, « beaucoup de trafic passe par ce point d’échange et il faudrait féliciter l’ensemble des opérateurs que sont Orange, Tigo et Expresso qui travaillent avec nous dans le dessein de permettre au Sénégal d’avoir une meilleure qualité d’Internet, mais aussi réduire les coûts d’interconnexion au niveau international ».

 

Tous les équipements venant de l’étranger sont contre-expertisés

 

Réagissant aux révélations du « Monde Afrique » fin janvier faisant état d’une vaste opération d’espionnage du siège de l’Union Africaine par la Chine qui a construit elle-même le bâtiment, Cheikh Bakhoum dont les services sont en partenariat avec le Chinois Huawei sur la fibre optique, écarte tout soupçon, rappelant les démentis de Pékin et du président de la commission de l’UA. Par ailleurs, il estime que « nous devons miser sur nos ressources humaines en Afrique, l’expertise nationale, sur laquelle nous pouvons nous appuyer pour expertiser tous les équipements qui nous viennent de l’ensemble des constructeurs, qu’ils soient chinois, ou américains », plaide le patron de l’ADIE qui assure que le « Sénégal est en train de préserver sa souveraineté numérique ».

 

Elimane, Dakar (Cio-mag)

VOS CONTRIBUTIONS

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.