« Le métier d’enseignant est un sacerdoce », écrivait Mariama Ba dans son œuvre phare intitulée une si longue lettre. Partant de cette affirmation, on peut dire que l’enseignant n’est pas n’importe qui. Il forge, forme et fait l’homme. Sa position est centrale et privilégiée, sa tâche primordiale, son apport indispensable pour la vie sociale et la contribution intellectuelle aux questions qui interpellent l’humanité. De ce fait, son importance ne peut pas être source de débat. Il est donc le fondement de tout système. Particulièrement celui de l’éducation.

De ce fait, il faut de la considération et de l’estime. Et surtout rendre à César, ce qui appartient à César. Donc il faut voler au secours de Cheikh Ibra Kane, directeur de l’école primaire de Thiénaba. Dans une vidéo postée par Thies TV, le soldat de l’école souffre sur son canapé. Sa voix est à peine audible.  Il halète mais  lutte malgré tout. Son visage sombre est dépourvu de sourire. Après plusieurs années de services, il tend la main aux bonnes volontés afin de soigner et regagner son travail et continuer à gagner dignement sa vie.

La communauté éducative doit être au chevet d’un des leurs avant que sa situation empire. Il mérite cet élan de solidarité

 

VOS CONTRIBUTIONS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here