L’édition 2017 du baccalauréat au Sénégal a été entachée de cas de fraude et de tricherie. Le directeur de l’Office du baccalauréat d’alors, Babou Diaham n’a pas survécu à cette tragédie difficilement vécue par l’école sénégalaise.

Un événement exceptionnel nécessite des mesures exceptionnelles. Pour sa grande première, l’organisateur de la session 2018 , Sossé Ndiaye a apporté sa touche pour une bonne organisation de l’examen qui ouvre la voie de l’enseignement supérieur. Pour son baptême du feu, l’enseignant à la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) n’a pas badiné avec la surveillance des candidats.

 L’une des mesures phares prises a été l’interdiction du téléphone portable qu’il soit allumé ou éteint. Une décision élargie jusqu’ aux surveillants. « L’influence des téléphones portables était à l’origine des fraudes de l’année dernière. Cette année, nous allons appliquer des mesures et tout candidat trouvé en possession d’un téléphone mêmes’il ne marche pas, sera exclu et traduit en Conseil de discipline. Nous allons demander à ce que les surveillants ne font pas d’usage de téléphone dans les salles pour éviter de perturber les candidats », avait-il annoncé en conférence de presse à la veille des examens.

L’innovation Sossé Ndiaye n’a pas uniquement concerné le téléphone portable. Dans les salles d’examen, les organisateurs ont aussi augmenté le nombre de surveillants. De deux, il est passé à trois.

                                  Des victimes déjà

Les mesures de sécurité ont fait des victimes particulièrement dans la région de Thiès. La source officielle a via un communiqué fait le point sur les décisions prises après avoir constaté la violation des règlements établis. Selon elle, plus d’une centaine  d’élèves ont été́ suspendus pour port et/ou usage du téléphone portable

Les premiers cas ont concerné l’épreuve de philosophie du baccalauréat général : « un candidat du centre CEM Martin Luther King (Dakar), un  du centre lycée de Ndouloumadji Founebe (Matam), un du centre lycée de Koumpentoum (Tambacounda) et cent vingt-quatre(124) candidats du centre lycée Ahmadou Ndack Seck (Thiès) ».

VOS CONTRIBUTIONS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here