Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

Ouverture des classes : La rentrée des incertitudes

Dans deux semaines, les élèves vont retrouver le chemin de l’école après trois mois de vacances. Top départ pour un marathon qui va durer neuf mois. Sur la ligne d’arrivée, ils auront sous leurs yeux les épreuves des examens de fin d’année. A l’orée de la rentrée des classes, plusieurs interrogations hantent le sommeil des acteurs du système. La première concerne la stabilité du système. L’école va-t-elle se départir des grèves cycliques qui ont effrité son quantum horaire ? Ces dernières années les élèves ont souffert des différents bras de fer entre l’Etat et les syndicats d’enseignants. Les parents aussi se sont plaints des répercussions des mouvements de grève sur le niveau des élèves. Malgré les rencontres préparatoires, il y a toujours des revendications sur la table du ministère de l’éducation nationale.

                                Une rentrée menacée  

En milieu de semaine, le Syndicat des inspectrices et inspecteurs de l’Éducation nationale du Sénégal (Siens) s’est fait entendre. Il a  entamé son neuvième plan d’actions. El Cantara Sarr, Secrétaire général du Siens, et ses camarades avaient décrété une grève aujourd’hui quatre jours e grève dans les inspections d’académie (Ia), Inspections de l’Education et de la formation (Ief) et les centres régionaux de formations des professionnels de l’éducation (Crfpe ). Ce mot d’ordre sera suivi d’un boycott de tous les ateliers liés aux projets et programmes aussi bien au niveau central que déconcentré. A cela s’ajoute un arrêt de travail du lundi 24 au vendredi 29 septembre prochain. Une grande marche nationale est prévue à Dakar le vendredi 28 septembre prochain

                Le « Ubi tay Jang tey » hypothéqué ?

La rentrée des classes, pour l’année scolaire 2018-2019, sera le 03 octobre prochain pour les enseignants et le 04 du même mois pour les élèves. Le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, qui décline ce calendrier dans sa note d’orientation pour la préparation de ladite rentrée continue de miser sur son concept dénommé Ubi Tey, Jang Tey mis sur pied, il y a quatre ans.

 «Pour la troisième année consécutive, le ministère de l’Education nationale compte faire du concept Ubi Tey Jang Tey, une réalité dans tous les établissements scolaires du pays. Ce qui justifie la prise d’initiatives impliquant la participation effective des communautés et des partenaires techniques et financiers pour une amélioration durable des performances du système éducatif», avait ordonné le ministre dans sa note d’orientation adressée à ses différents services et démembrements.

Ce projet visant à démarrer les cours le plus tôt possible risque encore une fois de se heurter aux exigences et insatisfactions des syndicats d’enseignants, les principaux acteurs.

Pour rappel,  suite aux conclusions du 08 juin dernier, dans le cadre de la préparation de cette rentrée des classes, il a été demandé aux inspecteurs d’académie et aux inspecteurs de l’éducation et de la formation de mettre en place un comité de préparation de la rentrée, d’élaborer et de transmettre un rapport de préparation prenant en compte tous les sous-secteurs de l’éducation et de la formation pour permettre un démarrage effectif des cours dès le premier jour de la rentrée. Maintenant il reste à savoir si un « Ubi Tey, Jang Tey » est toujours possible.

VOS CONTRIBUTIONS

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.