Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

Mary Teuw Niane diagnostique l’enseignement supérieur

L’émission le Grand jury de la Radio Futurs médias (Rfm) a reçu ce matin le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation Mary Teuw Niane. L’ancien recteur de l’Université Gaston Berger de Saint- Louis s’est penché sur les questions relatives à son département ministériel. Sur les remous dans les universités publiques. « L’enseignement supérieur était très malade aujourd’hui c’est un grand convalescent qui marche. Il suffit de se promener pour à l’Université Cheikh Anta Diop pour voir qu’il y’a changement. Ce qui n’est pas c’est les retards des bourses, et des salaires. Ils étaient plus fréquents les années d’avant. L’année dernière 12000 étudiants étrangers venus du Maghreb, de l’Afrique centrale. C’est un signe de la qualité du monde universitaire », a-t-il soutenu


Concernant le système, Licence Master Doctorat, Mary Teuw Niane le système LMD est une réussite, avec les concertations sur l’avenir de l’enseignement supérieur.  Selon lui, Il a permis de replacer les formations avec des filières en adéquation avec les besoins ainsi que la professionnalisation de l’enseignement supérieur.

Pour ce qui a trait aux revendications des enseignants du supérieur, Mary Teuw Niane estime que le Syndicat de autonome de l’enseignement supérieur n’a observé que 4 ou 5 jours de grève. Sur la question de la retraite, point phare de la lutte (ils veulent 85% au lieu de 28), il soutient que les négociations connaissent des avancées notables.

Il a aussi abordé les affrontements entre étudiants et forces de l’ordre consécutifs au retard sur le paiement des bourses. « Notre souhait c’est qu’il n’y ait pas de retards. C’est 52 milliards par an, donc il faut mesurer la lourdeur des chargeur et l’effort de l’Etat et comprendre les dysfonctionnements car l’année dernière, il n’y a eu qu’un seul retard », c’est une réussite.

Mary Teuw Niane s’est aussi appesanti sur la situation à l’Université virtuelle du Sénégal (UVS). Pour lui, c’est une réussite. « Elle est l’avenir au Sénégal, c’est une révolution. L’étudiant d’un ordi d’une connexion, on les réunit dans les ENO. Depuis cette année nous récupérons les vraies ENO ; elle est notre fierté, l’architecture, la méthode et toutes les plateformes sont conçues par l’expertise sénégalaise. L’UVS se vend bien à l’étranger. Les deux dernières cohortes sont au même rythme que les universités physiques .L’UVS marche aujourd’hui ardument. C’est la rupture avec le système francophone.

Abordant la dette de l’Etat aux établissements privés, Mary Teuw Niane parle de 9 835 000 000 francs CFA.

En ce qui concerne le retard concernant l’orientation, il révèle c’est un choix de l’Etat. « Nous avons décidé d’orienter d’abord dans les universités publiques ensuite dans le privé. 40 700 étudiants ont été orientés dans le privé depuis 2013 », informe-t-il

Groupe Info Etudes

VOS CONTRIBUTIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.