Actualités

Le collectif des syndicats d’enseignants (G20) menace de perturber l’année scolaire

Written by Bara DIAW

Le G20, qui regroupe 27 organisations syndicales, menace de perturber l’année scolaire si l’Etat ne trouve pas de solutions à leurs revendications. Hier, face à la presse, elle a donné le ton en annonçant un préavis de grève déjà déposé depuis le 31 octobre.

Va-t-on vers une année scolaire mouvementée ? La menace vient d’une partie des regroupements des enseignants, à savoir le G20, qui regroupe au total 27 organisations syndicales, a déjà déposé un préavis de grève depuis le 31 octobre dernier. Dame Mbodji, le coordonnateur du G20, a rappelé les différents points de leur plateforme revendicative, à savoir l’apurement de la dette de 100 milliards de francs Cfa liée aux rappels d’intégration, de validation et d’avancement. «Cinq longues années sont passées depuis la signature du protocole d’accords entre le gouvernement du Sénégal et les syndicats d’enseignants, mais à l’heure du bilan, nous pouvons affirmer avec beaucoup de regrets qu’il n’y a aucune avancée significative dans la matérialisation. Le gouvernement du Président Macky Sall est en train de fouler aux pieds pres­que tous les engagements souscrits avec les enseignants le 17 février 2014», a dénoncé Dame Mbodji, Secrétaire général du Cusems. Mais, il croit dur comme fer que «face à cette situation à la fois regrettable et inacceptable, lutter pour préserver les acquis, restaurer la dignité des enseignants et redonner à notre école son lustre d’antan s’imposent à tous les acteurs».
Par ailleurs, les exigences du G20 sont aussi liées à la fin des lenteurs administratives dans la production des actes administratifs, à l’ouverture de négociations sérieuses sur la revalorisation des salaires et l’harmonisation du régime indemnitaire, au paiement des 2/3 signés pour les rappels de validation des années de volontariat, de vacation et de contractualisation des fonctionnaires. En outre, Dame Mbodji et ses camarades demandent également la fin de la surimposition «injustement» appliquée sur les salaires et les rappels des enseignants, la modification du décret n°74-347 du 12 avril 1974 fixant le régime spécial applicable aux agents non fonctionnaires de l’Etat avec 40% de conservation d’ancienneté pour les enseignants concernés. Entre autres revendications, il faut citer aussi la demande relative au respect des engagements sur l’habitat notamment la délivrance des attestations collectives à Dakar et à Ziguinchor et la viabilisation des parcelles de l’intérieur, le respect du droit aux négociations collectives pour tous les syndicats légalement constitués. Ils n’ont pas manqué de dénoncer ce qu’ils qualifient d’affectations «arbitraires» dont seraient victimes certains enseignants. Avec leur tournée nationale de remobilisation prévue dans les prochains jours, les syndicalistes du G20 se disent déterminés à mener une lutte acharnée pour le respect de leurs droits. «Le G20 lance un appel sincère aux camarades du G6, à quitter la participation responsable et la compromission et de venir se battre à nos côtés pour l’intérêt supérieur des enseignants», demande M. Mbodji à Saourou Sène et ses camarades du G6.
msakine@lequotidien.sn

VOS CONTRIBUTIONS

Leave a Comment