Les sénégalais n’ont surement pas l’habitude de rendre hommage à une personne de son vivant. Il faut toujours attendre qu’elle soit sous terre pour parler de ses mérites. Cette logique sénégalaise est aujourd’hui violé par ce présent billet. En effet, nous rendons ici hommage à un homme qui respire toujours le bon air de Dakar Bango.

Le ministre Mary Teuw Niane, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a exercé diverses fonctions dans l’administration sénégalaise, notamment en tant que Professeur titulaire de classe exceptionnelle, recteur et président de l’Assemblée de l’université Gaston-Berger de Saint-Louis (2006-2012), Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (2012-2019). C’est dans tous ces rôles et fonctions qu’il a servi le Sénégal et les sénégalais, particulièrement ceux du milieu universitaire.
Certains s’empresseront de me dire : “Et alors ? Il est payé pour cela non”, comme ce fut le cas quand je rendais hommage à nos valeureux enseignants. La Réplique est simple : il faut rendre à César, ce qui est à César. (En bon wolof, mon papa dira : “ki dêf lù baax lù kên défùl, té manôna def lùko yës, gërëm ko yaxùl dara“).

Au cours de ses 7 années à la tête du ministère de l’Enseignement Supérieur, le Sénégal a joué un rôle de plus en plus important dans les affaires universitaires mondiales, tout en faisant un ensemble de réformes qui ont aujourd’hui des résultats satisfaisants.

J’avoue déjà que je ne suis pas toujours d’accord avec les démarches et méthodes de Mary Teuw Niane, et les étudiants non plus. Ce désaccord dont nous avons parler dans plusieurs articles (comme ici, ou encore là, et ici aussi) ne doit pas être un empêchement pour rendre à Mary Teuw ce qui est à Niane !

Comme le montre son méga CV, le natif de Dakar Bango détient le recors de diplômes et de compétences dans les rangs ministériels de 2012 à 2019. Le Président de la Société Mathématique du Sénégal n’a pas choisi de servir ailleurs ou de se servir comme l’auraient fait certains. Il a servi le Sénégal comme professeur, chercheur, recteur puis ministre de l’enseignement supérieur.

Avec la matérialisation des réformes de l’enseignement supérieur en 2013, les technologies de l’information et de la communication occupent une place primordiale dans l’accès à l’enseignement et l’efficacité du système universitaire.

En effet, le Sénégal a organisé deux grands événements sur l’enseignement supérieur en 2013. La Concertation nationale sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur au Sénégal avait permis aux services de MTN de retenir les 78 recommandations pour assainir le milieu universitaire et adapter certains besoins aux nouvelles technologies. Dans la même année, le gouvernement avait organisé le premier conseil présidentiel sur l’Enseignement supérieur. Ces événements ont permis de jeter les bases de ce qui est devenu aujourd’hui la nouvelle carte universitaire du Sénégal. De même, sous la direction du ministre Niane, le Sénégal s’est engagé dans la mise en œuvre des 11 décisions présidentielles en matière d’enseignement supérieur, de Recherche et d’innovation.

D’abord, il fallait mettre les technologies de l’information et de la communication (TIC) au cœur du développement de l’enseignement supérieur et de la recherche pour améliorer l’accès à l’enseignement supérieur et l’efficacité du système (Décision 2).

Une des décisions les plus remarquables est la mise en place de l’Université Virtuelle du Sénégal et l’installation des ENO (Espaces Numériques Ouverts) dans chaque région du pays. Avec plus de 22 000 étudiants, l’UVS est devenue aujourd’hui la deuxième université du Sénégal en terme de nombre d’étudiants (Chiffres de 2019).

C’est également pendant le mandat du ministre Mary Teuw Niane que le Sénégal s’est lancé dans la réalisations de plateformes et de systèmes d’informations et de gestion de l’enseignement Supérieur. La plateforme Campusen est la toute première. Cette dernière qui a vraiment simplifié les procédures d’orientations des nouveaux bacheliers est devenu même le bijou de M. Niane, et a été copiée ou imitée par le Ministère de l’enseignement supérieur d’un pays frère : le Burkina Faso. Selon nos informations, plusieurs pays d’Afrique s’inspirent aujourd’hui du modèle de l’UVS et de Campusen. Dans ce même concept, les demandes de bourses sociales ou pédagogiques se font désormais en ligne, y compris les bourses étrangères.

Avec ce système, tous les formations et diplômes accrédités au Sénégal (CAMES & ANAQSUP) sont désormais répertoriés sur une seule plateforme, sans compter la possibilité aux autres universités publiques de faire des formations à distance. Il faut ajouter entre autres, la mise en place de la cité du savoir, l’extension des campus universitaires des 5 universités, la mise en place des ISEP (Istitut Supérieur de l’Enseignement Professionnel)

Il est impossible de saisir toutes les contributions du ministre Mary Teuw Niane à l’amélioration de l’enseignement supérieur sénégalais dans l’intérêt des étudiants et des générations futures, mais ses efforts inlassables et passionnés pour le statut mondial du Sénégal Universitaire ont été reconnus dans le monde entier. Juste après son départ à la tête de l’enseignement sup, il a reçu un des quatre prix décernés par Conférence Innovate 2019 tenue à Denver au Colorado aux États Unis. Cette rencontre internationale dédiée à l’e-learning, tenue du 2 au 5 avril 2019 est un exemple pour comprendre les efforts fournis par l’ex recteur de l’UGB pour développer ce secteur.

Il a aussi reçu l’Officier dans l’Ordre National du Lion, le Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques, de la République Française, le Chevalier dans l’Ordre National du Lion du Sénégal (décret n°2001-254 du 23 mars 2001), le Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques du Sénégal (1998), les plus hautes distinctions du Sénégal et de la France, pour son dévouement à l’amélioration de l’enseignement supérieur, aux recherches et innovations, en particulier pour son travail sur les changements au niveau de la carte universitaire. Entre 2006 et 2007, il a été le Directeur Région Afrique de l’Ouest ZONE II de l’Initiative du Millénaire pour la Science en Mathématiques pour l’Afrique (AMMSI).

Malgré les problèmes qui secouent toujours certaines couches de ce secteur,on se souviendra de lui pour son sang-froid, son charisme et son leadership constant. Merci beaucoup M. Niane !

  • Bara Diaw
  • Directeur de Publication du Groupe Info Etudes
  • baradiaw@infoetudes.com
VOS CONTRIBUTIONS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here