Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

France – Elle a obtenu une moyenne supérieure à 20 au Baccalauréat

Cette habitante d’Asnières de 18 ans a décroché son bac S avec un peu plus de 20 sur 20 de moyenne. Le prix d’un travail conséquent, mais qui n’a pas eu d’impact sur sa vie d’adolescente.

«Je suis quelqu’un qui bosse énormément mais qui sort aussi à côté : ce n’est pas incompatible…» Élève au lycée privé Sainte-Geneviève à Asnières, Elise Bohin a obtenu son baccalauréat scientifique avec 20 de moyenne pile. Enfin, presque. «20,6 pour être précis», tient à souligner sa maman, dont les deux autres enfants ont aussi tutoyé les sommets sans atteindre la note maximale. La fille, humble, avoue avoir été surprise en constatant les résultats. «Je m’attendais à décrocher une mention très bien, mais pas à avoir 20 !»

 

Pour l’ado de 18 ans, c’est le latin, et non les maths, qui ont fait la différence. Une option qui lui a fait gagner trente points supplémentaires et qu’elle va regretter l’année prochaine. Elise a en effet été admise en prépa physique-chimie au Lycée Stanislas à Paris, son deuxième choix sur le site Admission Post-Bac. Autant à l’aise en dissertation qu’en sciences, la jeune fille ne sait pas encore ce qu’elle veut faire plus tard. «Je ne vais pas dire que travailler m’amuse, lâche-t-elle d’un ton léger. Mais comme je m’intéresse à tout, je n’angoisse pas pour l’avenir.»

 

Fan d’heroic fantasy et de séries américaines

 

Son secret ? Des révisions régulières et sans pression. «Elle dit que nous sommes des parents indignes car nous ne sommes pas constamment sur son dos», plaisante la maman d’Elise. Autonome, l’adolescente a donné un «coup de collier» en 1re et en Terminale pour préparer les dossiers à destination des écoles. Sans pour autant négliger les sorties entre copines. La jeune fille, fan de heroic fantasy, de danse classique et de séries américaines, hausse les épaules : «Je suis comme tout le monde !».

 

L’idée que le baccalauréat soit en partie validé par un contrôle continu, comme l’a annoncé le Premier ministre, Edouard Philippe, le 4 juillet, ne l’enchante pas. Pour Elise, cela reste un «objectif» pour la fin du lycée. «Ce n’est pas un examen facile en soi, concède la jeune fille. En revanche, la notation facilite les résultats. Quand un exercice est généralement raté, les barèmes s’assouplissent…» En attendant, l’adolescente à l’allure bohème et aux grands yeux bleus compte fêter dignement ses résultats qui sont, eux, hors-normes.

 

  Source: leparisien

VOS CONTRIBUTIONS

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.