Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

La vie et l’œuvre d’Abdoulaye Sadji

A l’occasion de la journée de l’écrivain africain, Infoetudes vous propose la biographie de l’écrivain Rufisquois Abdoulaye Sadji

Abdoulaye Sadji est né en 1910 à Latmingué, village logé dans le Saloum. Il fit ses humanités à l’école coranique avant de mettre les pieds à l’école française à l’âge de onze ans. Finie cette phase, il prit la direction du Lycée Faidherbe avant d’intégrer l’École normale William Ponty.

C’est ainsi qu’il devint en 1929 l’un des premiers instituteurs africains et exerce en Casamance, à Thiès, Louga, Dakar et Rufisque.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Abdoulaye Sadji se lance dans le combat pour l’indépendance de son pays et devient un des pionniers de la Négritude.

Il fut l’un des premiers jeunes Sénégalais, entre les deux guerres mondiales, à combattre la thèse de l’assimilation et la fausse élite des « évolués ». Il a, pour cela, multiplié, au-delà des discussions, articles et conférences

Son œuvre compte entre autres des articles dans Présence africaineParis-Dakar et dans de nombreuses revues africaines. Il est également l’auteur d’essais et de contes tels que Tounka (1952), Modou Fatim (1960) ou encore La Belle Histoire de Leuk-le-Lièvre (1953), en collaboration avec Léopold Sédar Senghor (qui en assure la partie grammaticale). Ces ouvrages témoignent de son attachement et de son intérêt pour la culture africaine.

Ses ouvrages les plus connus et les plus étudiés demeurent Maïmouna (1953) et Nini, mulâtresse du Sénégal (1954).

Ces deux romans qui relatent le parcours de jeunes femmes africaines qui, à l’image d’un continent en transition, connaissent espoir, doutes et désillusions. Dans ces deux ouvrages, Sadji se livre à une analyse sans complaisance de la société africaine. Il n’en est pas moins un ardent défenseur de son pays et de sa culture (notamment par la création de la première station radio en langue nationale). Cette culture, il la veut perméable et ouverte sur les autres civilisations.

Le Rufisquois s’est éteint le 25 décembre 1961 à l’age de 51 ans.

 

VOS CONTRIBUTIONS

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.