Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

Rapport de Human Rights Watch, la réplique d’un chercheur sénégalais

DECLARATION DE HUMAN RIGHTS WATCH :

INDIGNEZ-VOUS

Comme suite à votre sortie en date du jeudi 18 octobre 2018 (radio, télévision), l’ONG Human Rights Watch s’est illustrée dans ses déclarations qui n’honorent pas les enseignants. En fait, nous avons pris toute l’attention requise pour vous suivre, vous écouter : vous dites sans gêne que  les enseignants, les Directeurs et les surveillants exercent des violences sexuelles sur les élèves. Si je comprends bien, vous faites des reproches acerbes à notre école : une école de la violence. Alors moi je vous reproche d’être une anti institution de l’école Sénégalaise. Il faut avoir une vue incomplète sur la situation, pour faire de la gratuité, pour tenir un discours pas du tout scientifique et c’est cela qui fait encore votre malheur. Réglez d’abord vos problèmes et à ce niveau je vous renvoie au pamphlet d’Aimé Césaire, discours sur le colonialisme : « une civilisation qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente »…« Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde ». C’est dommage que l’occasion a été offerte à un spécialiste en éducation M. L. DIANTE qui au lieu d’éclairer la lanterne des Sénégalais sur cette affaire a préféré nous peindre d’une manière sombre, oui monsieur le syndicaliste, le tableau est sombre. Vous vous êtes lancé dans des généralités, le bavardage et le remplissage or il fallait répondre à ce journaliste de la TFM d’une réponse courte et précise. Heureusement, le ministère de l’éducation nationale, ne pouvant pas s’emmurer dans un silence éternel dans sa tour d’ivoire à apporter un démenti.

J’aimerai avoir une réponse à cette question : quelle méthodologie avez-vous utilisée ?

Pour votre information, les enseignants Sénégalais sont bien formés et par conséquent sont bien préparés (cf. cours de psychopédagogie : relation élèves-maitre, environnement de l’école) pour faire leurs métiers de flamboyant. Et à ce niveau, vous avez affaire à des professionnelles de l’éducation comme le suggère d’ailleurs l’OCDE (cf. la professionnalisation de la fonction enseignante).    « Déformer une âme est aussi sacrilège qu’un assassinat », dira Mariama Ba. Elle renchérit : « Chaque métier […] mérite considération […], le nôtre, comme celui du médecin, n’admet pas l’erreur ». Le menuisier peut revenir sur son ouvrage s’il se trompe  mais l’enseignant s’il se trompe, il porte atteinte à toute une société, car tout ce qu’il fera, impactera sur le comportement de l’enfant.

 

Bouna NDAO

Littérature Générale et Comparée

Enseignant-formateur

Spécialiste en sciences de l’éducation (Scédu)

bourniany2@yahoo.fr

ndao.bouna@ugb.edu.sn

Le contenu du présent article est une contribution. Le contributeur s’engage à ce que son contenu ne comporte aucun élément susceptible de violer les droits des tiers ou de donner de fausses informations ou toute violation des lois en vigueur. Les contributions signées représentent exclusivement l’opinion des auteurs. Le Groupe Info Etudes n’est en aucun cas responsable sur les contributions des utilisateurs ou l’utilisation des informations fournies par ces derniers. Toutefois, le Groupe se réserve le droit de supprimer, sans informer l’auteur, tout contenu non conforme aux principes et objectifs du Groupe.

 

 

VOS CONTRIBUTIONS

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.