Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

Etudiants orientés dans le privé, une rentrée déjà menacée

Les universités publiques ne peuvent plus accueillir tous les bacheliers du Sénégal. Devant cette incapacité, l’Etat a choisi de faire recours aux établissements privés d’enseignement supérieur. Ainsi il s’engageait à payer les frais de scolarité durant les trois années d’études. Cette année, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a apporté une innovation sur l’inscription en ligne. Les nouveaux bacheliers étaient obligés de choisir des universitaires publiques et des écoles de formation privées.

Malgré ce nouveau procédé visant à accélérer les orientations, des menaces pèsent sur l’année universitaire 2018-2019. L’année écoulée était mouvementée dans ces établissements privés. Des directeurs qui couraient sur des arriérés de paiement avaient fini par renvoyer les « étudiants de l’Etat ». Ces derniers ont pris les devants la semaine dernière. Par le truchement d’un communiqué, le bureau exécutif de la FEPES a tenu  à rappeler à l’Etat ses devoirs vis-à-vis des apprenants

Ce regroupement de directeurs d’établissements privés lui demandent de « libérer immédiatement les 3 milliards de francs Cfa déjà votés dans la loi de finance rectificative 2018 et destinés à apurer une partie de la dette; de réunir l’ensemble des associations de FEPES autour d’une table pour établir un échéancier précis de paiement du reliquat de s’engager pour l’avenir à respecter le versement effectif des 50% de la facture au démarrage de chaque année académique pour éviter toute accumulation ultérieure ».

Il va donc falloir débourser pour que les étudiants de « l’Etat » puissent regagner les amphithéâtres des universités privées. Ce qui permettra donc d’éviter le syndrome de l’année passée. Mais pour le moment, la tension est palpable.

 

VOS CONTRIBUTIONS

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.