Groupe Info Etudes
Actualités

Nous avons saboté notre école (Par Mamadou Sy Tounkara)

Le contenu des programmes n’est nullement orienté vers nous et pour nous. Les élèves n’apprennent pas nos langues, ils ne connaissent ni notre histoire, ni notre géographie, ni notre actualité. Ils ne sont préparés à aucun métier. Ils ne connaissent rien des tendances actuelles et futures du monde et sont complètement handicapés des mains et des pieds.


Le cadre de l’école est simplement repoussant : salles de classe, toilettes, cours de récréation ne sont l’objet d’aucun investissement les mettant à jour sur des standards acceptables.

Le matériel pédagogique est en souffrance et il n’y a aucun budget pour la recherche.

Les enseignants sont victimes d’une grande démagogie étatique car l’Etat a galvaudé les standards de recrutement et ne tient que rarement ses promesses à des enseignants démotivés et diabolisés, en perpétuel mouvements de grève.

Comment justifier par autre chose que du sabotage que les premiers décrets d’application des « Etats généraux de l’Education et de la Formation » de 1981 ne furent signés qu’en…1990 ? Bien-sûr, rien n’est encore fait concernant les conclusions des dernières « Assises de l’Education et de la Formation » de 2014.

Les Sénégalais semblent avoir compris ce sabotage car aucun parent d’élève en ayant les moyens n’inscrit ses enfants dans le système public, du président de la République, aux membres du gouvernement, aux plus simples citoyens.

Nous n’avons pas encore le courage de bâtir une école qui fait éclore tout notre potentiel et nous prépare à être les conquérants du monde que nous devons être par la créativité et l’inventivité. Ce qui fait dormir notre génie et rend impossible toute émergence dans un monde impitoyable où le savoir est roi.

Mamadou SY Tounkara

VOS CONTRIBUTIONS

Articles connexes

Ramata SALL élève en classe de 5eme avec une Moyenne semestrielle de 19,49

Khadim Seck

Concours Général 2019 – Reprise des épreuves de mathématiques pour la Terminale (Ministre)

Bara DIAW

Les Prix africains de fact-checking : candidatures ouvertes

Bara DIAW

Vision plus consulting recrute Un CHARGE D’ACCUEIL

Khadim Seck

Concours général 2019 : Parfum de “scandale” sur les épreuves de Maths

Bara DIAW

159 300 candidats à l’épreuve anticipée de philosophie

Nodou Dieng

Laissez un commentaire