Groupe Info Etudes
le Miroir de l’école sénégalaise

Publicité

Parler une langue pour la maitriser

Craie à la main un professeur d’une classe d’examen qui officie à 300 kilomètres de la capitale fait cette confidence : « même en classe, mes élèves parlent wolof ». Désintéressement ou habitude ? En tout cas, cette attitude risque de les desservir. Et surtout avoir des conséquences sur leur qualité d’expression et leur future vie professionnelle.

Certes le Wolof est la langue la plus parlée au Sénégal mais le Français reste la langue officielle. La langue de travail. « Pour chaque langue que l’on parle, on vit une nouvelle vie. Celui qui ne connaît qu’une seule langue ne vit qu’une seule fois », dixit un proverbe tchèque.

Ces mots traduisent l’importance de la langue et  la place centrale qu’elle occupe. Elle est au cœur de tout système. Elle permet aux personnes de se comprendre et d’échanger quelle que soit la différence de la peau.

C’est un moyen irremplaçable. Elle est le fruit d’une convention. Différents codes facilitant la communication et surtout la compréhension entre les hommes.

De ce fait, chaque langue a son utilité. La langue maternelle permet une assise culturelle. Malheureusement, elle n’est pas la langue officielle dans plusieurs pays africains. De ce fait, des langues étrangères sont utilisées par l’administration et pour l’enseignement.

Dès lors, les maitriser devient un devoir. Dans une formation, il faut être capable de parler et de saisir le moyen de transmission des connaissances. C’est le chemin le plus rapide vers la  réussite scolaire. Et surtout un succès professionnel.

Avec tous ces constats, il est inconcevable d’entendre aujourd’hui s’exprimer en Wolof dans les salles de classe. Ce professeur d’Anglais a mal dans sa chair. S’égosiller du matin au soir et se rendre compte que ses élèves préfèrent s’exprimer dans une autre langue devant lui.

A qui la faute ? Les enseignants ont leur part de responsabilité. Ils doivent être capables de faire aimer aux élèves la langue enseignée. Par la pédagogie car comme aimait le confier un camarade : « l’enseignant peut faire aimer ou rejeter une matière ».

Pour être à l’aise dans une langue, il faut avoir l’habitude de la parler. Ne faudrait-il pas faire revenir le symbole et les amandes ?

 

 

VOS CONTRIBUTIONS

Obtenez des mises à jour en temps réel directement sur votre appareil, abonnez-vous maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.