Accueil / Article

Le cumul de formations, un choix d’avenir pour les étudiants?

Par MARIEME FATOU DRAME
| 26/09/2020 | Actualités | 0 Commentaires | 916 Vues

Depuis quelques mois, Lamine Diop*, étudiant en deuxième année à la faculté des sciences et techniques (Ucad) suit conjointement une formation de BTS en comptabilité et gestion au Lycée Technique Maurice Delafosse. Comme lui, beaucoup d’autres étudiants cumulent plusieurs formations souvent pour multiplier leurs chances de réussite.

Dans cette grande salle du restaurant Self, Lamine Diop se démarque facilement de l’assistance avec sa tenue aux couleurs du lycée technique Maurice Delafosse. Le teint noir d’ébène et les yeux ternes, il est d’un commerce agréable. A l’aide de deux fourchettes, il avale avec appétit quelques bouchées de «mafé», un des deux menus du jour. Son visage en sueur sillonné par des plis laisse transparaître une certaine lassitude. Cet après midi, le natif de Thiès se presse de prendre son déjeuner avant de rejoindre les classes.

Comme lui, de nombreux autres étudiants tentent de se fabriquer actuellement un destin en cumulant plusieurs formations dans le but de faire rentrer dans leur gibecière à la fois les diplômes des écoles de formation privées et celle de l’université. Le sourire discret, la mine à la fois grave et paisible, le thiessois est presqu’impassible au grand brouhaha de ces camarades étudiants qui raclent le fond de leurs assiettes.

Malgré les vicissitudes de la vie, l’abnégation et la rigueur de Lamine ne s’en sont pas atténuées. Il continue de rêver d’un avenir gracieux avec foi et persévérance. « j’ai choisi de faire une formation en BTS comptabilité que je cumule avec mes cours à la faculté des sciences et techniques de l’Ucad afin de maximiser mes chances de réussite ». Cette exigence avec lui-même, Lamine la tient de son éducation et de son attitude libérée. Du haut de ses 24 ans, l’étudiant abonde en saillies joyeuses car pour lui, il s’est fait sacerdoce de ne jamais céder devant la difficulté. « Lorsqu’on entre fraichement à l’université, nous mettons dans notre petit cerveau qu’après deux ans d’études, nous allons acquérir un travail de si tôt ce qui n’est pas totalement vrai», informe-t-il.

Même avec tout le sérieux qu’il met dans ses études, le jeune « cadior-cadior » est limité quand à l’assiduité parfaite entre une deuxième année à la Faculté des sciences au département Maths Physique et Informatique (MPI) et une première année de BTS en comptabilité de gestion « Je sacrifie forcément des cours surtout celui de la faculté puisqu’à Delafosse l’on s’accentue sur l’assiduité par rapport à l’Ucad ou il n y a que les travaux dirigés qui sont obligatoires». Sans bourse depuis l’obtention de son baccalauréat en 2016, l’apprenant se débrouille laborieusement pour poursuivre ses études. Lamine Diop considère ce choix de faire de la comptabilité comme un « raccourci » mais croit encore durement à son rêve de devenir ingénieur en informatique.

Marieme Fatou Drame

*Nom d’emprunt

 

 

 


un étudiant deux formations le cumul choix d'avenir



COMMENTAIRES

Laissez un commentaire



Demande de Bourses à l’École des Hautes Etudes Polytechniques (HEPO) de Dakar S'inscrire maintenant

Demande de Bourses au MAROC